Prise de parole de Jason FLECK sur le bilan social de Mulhouse et sur la création d’un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

Conseiller municipal à Mulhouse
Conseil municipal du 19.11.2020

Retrouvez l’extrait vidéo du Conseil municipal :

Préambule :

Il est à souligner que la création d’un CCAS – Centre Communal d’Action Sociale était inscrit dans le programme de campagne de la liste Mulhouse Cause Commune et semble avoir inspiré la majorité actuelle. La crise sanitaire et sociale ne peut être la seule raison à la construction d’un CCAS : il s’agit de proposer et de conduire une politique sociale efficace et pro-active pour Mulhouse et les Mulhousien.ne.s sur le long terme.
Mulhouse Cause Commune insiste sur l’urgence de sa mise en place à chaque conseil municipal.

Madame la Maire, mesdames et messieurs les élu.e.s,

Nous avons lu avec intérêt et espoir dans votre plan d’action face à la crise sanitaire votre engagement dans les premières étapes de la constitution d’un Centre Communal d’Action Sociale.

En effet, comment mettre en place une politique sociale efficace si nous ignorons combien de Mulhousiens exactement sont concernés et lesquels sont en difficultés financières ? Monsieur Couchot nous informait par exemple que « La Clés des aînés » tient un registre de 150 personnes âgées vulnérables, dont le nombre est passé à 240 et il estimait que ce chiffre est sans doute en dessous de la réalité, ce en quoi nous le rejoignons. C’est justement le rôle d’un Centre Communal d’Action Sociale de déterminer précisément les besoins de la population. Nous nous réjouissons donc du lancement de la démarche mais la situation de crise économique et sanitaire en cours rend l’urgence absolue. 

Beaucoup de personnes risquent la perte de leur travail et des difficultés importantes vont s’accumuler pour bon nombre de nos concitoyens. Combien d’entre eux ne seront plus protégés à la fin de la trêve hivernale ? Ces foyers disposeront-ils d’aide pour rembourser leur loyer ou se reloger ? Quel est votre calendrier d’action ? Enfin quelle est votre stratégie à très court terme pour recenser les besoins de la population jusqu’à la mise en place du CCAS ?

On ne peut pas attendre que les Mulhousiens les plus pauvres viennent réclamer d’eux-mêmes de l’aide aux associations ou à la mairie, vous savez qu’il y a des freins psychologiques importants à cela.

Mulhouse, vingtième ville la plus pauvre de France (supérieure à 30% d’après l’Observatoire des inégalités), a besoin d’une politique proactive qui, après avoir identifié les personnes en situation de détresse, aille vers eux pour leur apporter de l’aide.

Nous vous encourageons donc à mettre tous les moyens et l’énergie nécessaire dans cette démarche.

Je vous remercie.

Jason FLECK, conseiller municipal