Se déclarer territoire hors traités de libre-échange

CETA, JEFTA, TAFTA… les accords commerciaux de ces dernières années portent une atteinte grave aux emplois et à l’environnement. Ils font de la marchandisation du monde leur priorité. La schizophrénie des décideurs est à son comble quand d’une main ils signent des accords climatiques et de l’autre déroulent le tapis rouge aux intérêts privés responsables du triptyque extractivisme, productivisme, consumérisme !

C’est en cohérence avec notre volonté de relocaliser des activités productives à forte valeur environnementale et sociale et donc de refixer les emplois locaux. C’est l’hyper-proximité qu’il nous faut plus que l’hyper-éloignement des décisions que l’on se prend dans la figure.

Oui il faut parler de politique nationale, européenne, mondiale ici à Mulhouse. Il faut décloisonner nos raisonnements, ne pas seulement aller sur BFM TV pour parler du marché de Noël… mais accepter de prendre des positions fermes pour protéger les mulhousien.ne.s de la casse sociale ou des impacts climatiques !
La municipalité ne peut pas agir sur tous les leviers mais elle peut au moins pousser des gueulantes, faire pression.

Nous rejoindrons parallèlement le réseau des villes mondiales en transition. Nous nous associerions aux initiatives qui convergent et qui font des villes des lieux de réinvention démocratique.

L’intérêt général sera notre boussole !