Plantation d’une forêt dense urbaine : mise à disposition d’un terrain nu situé sur la promenade de la Doller à Mulhouse

par Jason FLECK
conseiller municipal de Mulhouse

Extrait vidéo de l’intervention de Jason FLECK :

Extrait vidéo de l’intervention de Jason FLECK  : relances et demande d’informations complémentaires auprès de la majorité

 

Merci madame la maire,

Renaturer tombe aujourd’hui sous le sens, et le hasard du calendrier veut que le Tribunal Administratif de Paris vient tout juste de juger illégale l’inaction de l’État contre la crise climatique. Agir est une nécessité absolue, nous sommes tous d’accord sur ce point, et les plantations de forêts Miyawaki sont des mesures totalement appropriées.

Le groupe Mulhouse Cause Commune se réjouissait donc de cette annonce mais plusieurs points suscitent notre inquiétude et notre désaccord. Agir oui, mais dans le bon ordre, la légalité et en toute transparence.

Tout d’abord, les travaux ont commencé la semaine dernière alors que la décision ne doit être prise que ce soir. Monsieur Minery s’est rendu sur place et y a rencontré l’un des fondateurs de Trees Everywhere, Olivier de Montety, en plein chantier. Sur quelle base  légale la société Trees Everywhere intervient-elle sur un terrain de la ville sans que leur intervention ne soit soumise au débat public ? Le cœur du sujet à présent : pourquoi passer par l’intermédiaire de la société Trees Everywhere en particulier ? Ce questionnement nous a poussé à enquêter sur cette entreprise. A notre grande surprise, en se penchant sur son organigramme, on retrouve des ramifications avec d’anciens candidats La République En Marche. Or Monsieur Bouillé, adjoint en charge du dossier, était le représentant LREM de la majorité pendant la campagne. Mais c’est une coïncidence purement fortuite n’est-ce pas ?

Quel est le modèle économique de Trees Everywhere ? De façon simplifiée, des entreprises polluantes leur donnent de l’argent pour compenser le CO2 qu’elles produisent. En échange, Trees Everywhere plante des arbres et distribue des attestations de compensation carbone, qui permettent d’améliorer l’image des donateurs.

Cette compensation carbone ne permet pas en France de déduction fiscale si elle est volontaire. Mais est-ce le cas pour toutes les entreprises partenaires ? Ne doit pas craindre de montage financier sur le modèle des crédits carbone caché derrière ces bonnes intentions ? Et combien d’argent Trees Everywhere touchera-t-elle ? Combien déboursera-t-elle pour les plantations, l’entretien, le terrain ?

Autant de questions sans réponse.

Mais au-delà de ces suspicions que nous espérons évidemment totalement infondées, vous faites le choix de passer par le privé, alors pourquoi ne pas utiliser un marché public afin d’assurer de bout en bout la bonne utilisation par les partenaires souhaitant décarboner ? Ou n’existe-t-il pas des associations capables de rendre ce même service ? Ou pourquoi ne pas tout simplement effectuer les travaux en régie avec les services de la ville par un simple conventionnement avec les partenaires ? Lors de la commission transition énergétique, Monsieur Couchot nous a assuré, et nous le croyons, que les services de la ville sont parfaitement compétents en matière d’arboriculture !

Les services de Trees Everywhere se justifient peut-être sur des terrains appartenant aux entreprises, mais là il s’agit de foncier public ! Il apparaît clairement que les entreprises partenaires mécènes pourraient donner directement leurs subventions à la ville via un conventionnement plutôt que de passer par cet intermédiaire privé.
C’est pourquoi nous voterons contre ce projet, non pas contre la forêt, mais contre le manque de transparence et le modèle économique que vous avez choisi.

Nous demandons enfin :

– de développer rapidement partout sur Mulhouse la démarche des forêts Miyawaki, mais en faisant confiance aux agents experts des services publics de la ville, sans passer par des intermédiaires privés ;

– de tenir bien plus régulièrement la commission transition énergétique, tant les sujets à aborder sont nombreux et primordiaux ;

– de mettre à l’ordre du jour de la commission la neutralité carbone mulhousienne et de développer un référentiel d’action. Il en existe de complets, clé en main, totalement gratuits et libre d’accès, comme celui de Net Zero Initiative.

– enfin de travailler à étendre cette démarche à l’échelle de la m2A.

Merci.

Jason FLECK

Liens vers des articles du Journal L’Alsace – Dernières Nouvelles d’Alsace en lien avec le sujet :

Légende :  Forêt dense urbaine Mulhouse : début des travaux sur les rives de la Doller, en date du 9 février 2021. Crédit : Mulhouse Cause Commune

Légende :  Forêt dense urbaine Mulhouse : début des travaux sur les rives de la Doller, en date du 9 février 2021. Installation de matériel de signalétique pour délimiter le terrain. Crédit : Mulhouse Cause Commune

Légendes : Point presse pour la présentation du projet de forêt dense urbaine le jeudi 11 février 2021. Crédit : Ville de Mulhouse