Intervention de Maëlle PAUGAM

Conseillère municipale

Conseil municipal de Mulhouse du 17 juin 2021

Retrouvez l’extrait vidéo de l’intervention de Maëlle PAUGAM :

Nous ne pouvons que nous réjouir d’une telle initiative de concertation. Cependant il nous semble nécessaire d’expliciter d’ores et déjà les attendus de cette concertation et le type d’information à recueillir au sujet des besoins des habitants. Souhaitent-ils rester dans le quartier si oui pourquoi ? Ou ont-ils des projets de le quitter, si oui est-ce contraint ou par choix ? Travaillent-ils loin de leur lieu d’habitation ? Comment se déplacent-ils aujourd’hui ? Comment souhaitent-ils se déplacer demain ? Comme vous le suggérez il s’agit aussi d’enquêter auprès des personnes qui y viennent pour travailler ou étudier : d’où viennent-ils aujourd’hui, d’où viendront-ils demain ? Comment se déplacent-ils actuellement ? Quelles difficultés rencontrent-ils ? Ceci en vue de pouvoir travailler en amont suffisamment tôt avec les acteurs décisionnaires au-delà de la m2A, région, département notamment, pour fluidifier les déplacements.

En effet, les récentes discussions que nous avons eues au sein des commissions communales à l’occasion de l’attribution des concours d’architecture pour les nouveaux groupes scolaires aux coteaux, qui s’inscrivent aussi dans le cadre du NPNRU – Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain, nous enseignent que ces questions sont cruciales à clarifier dès le début des projets. Nous avons effectivement buté sur la question de l’emplacement des entrées d’école au regard des axes principaux de circulation routière et du devenir des parkings actuellement utilisés par les employés des écoles existantes et prévus d’être démolis dans le cadre des projets d’agrandissement des locaux. À cette occasion, nous avons tous pu faire le constat que les projets de planification des voies de circulation et plus généralement des modalités de transport et accès en fonction des usages ne sont pas encore suffisamment bien partagés entre tous les acteurs, élus, services, cabinets d’appui sur les projets et que ceci pourrait pousser à des incompréhensions ou des incohérences dans les demandes et les livrables. Et la conséquence in fine pourrait être la construction de nouvelles infrastructures pas complètement adaptées qui seraient ressenties comme de l’écologie punitive, faute d’anticipation et d’accompagnement pour couvrir les besoins des habitants et usagers des espaces de vie de notre commune.