Discours de Nadia EL HAJJAJI, élue du groupe Mulhouse Cause Commune.
Conseil municipal d’installation du 4.07.2020 

Madame la maire, cher.e.s collègues,

J’interviens pour compléter le propos de Loïc MINERY notamment sur la question de l’écologie et de la justice sociale.
Nous, le groupe « Mulhouse Cause Commune », représentons et portons l’espoir de Mulhousiennes et de Mulhousiens.
L’espoir d’un avenir serein et apaisé, l’espoir d’un avenir où Mulhouse respire la démocratie, respire l’écologie, respire la justice sociale.  Trois axes indissociables.

La démocratie, l’écologie et la justice sociale sont et resteront indissociables comme les doigts d’une main, en général et en particulier lors de ce dernier mandat pour le climat.

Certains se sont inspirés, ces dernières semaines, des thématiques que nous avons portées dès 2018 notamment l’écologie tel un effet de mode post-confinement autour du vert, plus particulièrement à l’approche des échéances électorales.
Certains qui ont fait leurs courses dans notre programme, ceux qui étaient en recherche d’inspiration, n’ont pas jugé utile de s’arrêter au rayon justice sociale et de s’approprier la thématique pourtant plus que nécessaire pour notre ville où le taux de pauvreté explose des records depuis des années. Peut-être n’était-ce pas assez glamour à leurs yeux.

Et pourtant ces questions sont sérieuses et doivent être traitées efficacement, avec responsabilité et lucidité. Nous avons d’ailleurs porté des propositions à cet effet telle la création d’un Centre communal d’action sociale, ici à Mulhouse.

Depuis la pandémie et surtout le confinement, une espèce de conscientisation de l’incontournable nécessité d’aborder la question de l’écologie a émergé.
Depuis le 2nd tour, une prise de conscience a pris forme autour du fait que la démocratie est réellement à bout de souffle, notamment ici et maintenant à Mulhouse.

Et est-ce que nous allons devoir attendre ? Et qu’est-ce que nous allons devoir attendre pour que la justice sociale occupe l’esprit des élu.e.s en responsabilité ? Le temps passe, le temps presse. Les Mulhousiennes et les Mulhousiens n’ont plus le temps d’avoir le temps. Pour notre part, nous n’attendrons pas et nous ne nous satisferons pas de superficialité. Il est urgent de se saisir de ces thématiques transversales et de les aborder en profondeur.

Nous serons et nous saurons être exigeants pour les Mulhousiennes et les Mulhousiens. Nous saurons mettre un veto écologique mais, aussi, nous saurons mettre un veto social et solidaire tout comme un veto démocratique quand il le faudra.

Pour que Mulhouse respire, pour que Mulhouse soit Mulhouse la belle, cela ne pourra se fait sans que Mulhouse soit Mulhouse la verte et sans que Mulhouse soit Mulhouse la solidaire.

Aussi, nous avons bien noté une certaine forme de (bonne) volonté, nous avons bien noté que des choses ont été tentées récemment. Mais ce n’est pas suffisant, et comme disait Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». Aussi nous serons toujours présent.e.s pour ouvrir et concrétiser le champ des possibles, ici à Mulhouse. 

Nadia EL HAJJAJI, conseillère municipale