Intervention de Nina CORMIER

Conseillère municipale à Mulhouse et conseillère communautaire m2A

Madame le maire, cher.e.s collègues,

Dans votre présentation, vous nous annoncez le souhait de voir la part modale du vélo atteindre les 20 à 25 % dans le centre de Mulhouse d’ici la fin du mandat, soit 5 à 10 % de plus que celle d’une ville bien plus avancée en la matière, comme Strasbourg, alors même que cette part est actuellement estimée entre 3 et 4 % à Mulhouse.

Extrait vidéo de l’intervention de Nina CORMIER :

Viser une telle augmentation, souhaitable en effet, appelle un plan ambitieux avec mise en application plus que rapide !

Or, le projet ici présenté nous parle encore d’argent public dépensé pour un cabinet d’études privé, 2 millions d’euro tout de même, quand un plan vélo 2015/2020 a déjà été pensé et étudié, qu’on en attend encore un certain nombre de réalisations, et que les compétences existent dans les services, comme aime à nous le rappeler M. Couchot. Ces services sont peut-être à étoffer, à décloisonner, mais certainement pas à écarter.

Les compétences existent également autour d’une table d’un COPIL (comité de pilotage) que les associations attendent depuis l’été.

Par ailleurs, cette grande ambition appelle un calendrier avec un phasage, des échéances, et non un plan joliment stabiloté puis enrobé de belles phrases de présentation.

Enfin, vouloir asseoir la place du vélo en ville, c’est également s’assurer du respect et de la sécurité des cyclistes : comment se fait-il qu’un aménagement comme la bidirectionnelle rue Pasteur, soit si souvent entravé par une voiture stationnée, par des véhicules de livraison, par des véhicules utilitaires parfois pendant plusieurs heures ?

Pour conclure, je rappellerai que 2 millions d’euro, comme prévu pour cette énième étude privée, c’est 12,5 km de pistes cyclables, que c’est cela que veulent les cyclistes et qu’il n’est plus l’heure pour une gabegie financière mais pour l’efficacité !

Merci.

Nina CORMIER